FMBR Association des Fortifications de Marseille et des Bouches du Rhône
© 2018 Association FMBR

Le site radar allemand "Mähre" de Sainte Croix/La Couronne.  Commune de Martigues

4 Mai 1944, un avion de reconnaissance américain longe la côte entre Marseille et Martigues. Arrivé au niveau de la si caractéristique pointe des Tamaris, le pilote déclenche ses appareils photos et passe à l’oblique de la chapelle de Sainte Croix juste avant le petit village de la Couronne.  Mission réussie, au développement de la pellicule, apparaîtra le poste radar de Sainte Croix, nom de code « Mähre », avec ses deux radars géants FuSE 35 Würzburg Riese et ses deux Freya  FU MG80 dont les murs circulaires pare éclats sont si caractéristiques.  L’opérateur photo entoure consciencieusement les emplacements au stylo blanc.  6 redoutables canons de DCA 20mm sont également repérés.  L’important poste radar de la Luftwaffe opéré par les 147 hommes de la 5° compagnie du luftnachrichten regiment 51 n’a plus que 3 mois à fonctionner avant sa destruction….

Photo prise lors de la reconnaissance aérienne du 4 Mai 1944

Radar Wuzburg du type de celui installé à La Couronne/Sainte Croix. On reconnait le socle en béton



12 août 1944 : A 3 jours du débarquement de Provence,  un objectif : détruire tous les radars côtiers allemands.  Au petit matin en Italie sur l’aérodrome de Ramitelli près de Foggia, c’est le branle-bas de combat chez les « Tuskegee  Airmen » ou « red tails», la fameuse escadrille de chasse 332nd Fighter Group composée uniquement de pilotes noirs américains. Dans la salle de briefing, le Fighter Squadron n°100 apprend les 3 cibles de sa mission: détruire les stations radars  des îles du Frioul, de la position « Mähre » qui est l’objectif 16 et le sémaphore de la Couronne l'objectif 17. La photo aérienne est étudiée, les emplacements mémorisés.

Emplacement des positions




Il est temps de décoller, les pilotes du Capitaine  Pullam démarrent leurs 18 Mustang P51-C si reconnaisables  avec leurs queues peintes en rouge, direction la France.  Voici la mer méditerranée, le vol s’effectue au ras de l’eau, les pilotes sont concentrés, la moindre inattention  et c’est le crash mortel.  10H46 : la côte apparait, la pointe des Tamaris sert de repère.  Les pilotes prennent un peu d’altitude, la sécurité des mitrailleuses de 12,7mm est enlevée. 10h47 :  chaque P51-C  est aligné sur sa cible et fait feu de  ses 4 mitrailleuses. Le « strafing » est efficace, les 4 radars sont considérés comme détruits ainsi que certains bâtiments de vie.  La mission de reconnaissance du soir le confirmera.



Malheureusement, l’avion du lieutenant Langdon E Johnson qui s’occupait de l’objectif n° 17 -la station de la Couronne- a été touché par la DCA. Il s’écrase en flamme sur le chemin du retour au large de Marseille.  Le pilote ne survivra pas. 


1st Lieutenant Langdon E Johnson


De cette mission, ne subsistent que quelques impacts groupés de calibre 12,7mm sur le socle en béton toujours visible  du radar Wurzburg, témoin de l’adresse des « Tuskagee Airmen»

Socle du Wurzburg avec les impacts des mitrailleuses des Mustang


Les autres vestiges de la station radar sont toujours là:

Socle du Radar Wurzburg N°1 au fond de l'image et tobrouk pour mitrailleuse en premier plan



Socle du 2° radar Wurzburg au milieu des tentes du camping




Copyright 2 Mai 2015 association des fortifications de Marseille et des Bouches du Rhône.

Merci à Michel Poguet pour les informations sur l'attaque du radar.